Température actuelle de l'eau : - °-

MON VILLAGE. Frank Vanleenhove, l'homme qui a appris au roi Philippe à surfer

MON VILLAGE. Frank Vanleenhove, l'homme qui a appris au roi Philippe à surfer : "Lorsque les Beach Boys se sont produits ici, Knokke-Heist a été véritablement la Californie pendant un moment".

Il a appris au roi Philippe à surfer et est le plus récent fournisseur de la cour du pays. En outre, il n'y a probablement personne à Knokke-Heist qui ne connaisse pas Frank Vanleenhove (60). Le gérant de Surfers Paradise et de Lakeside Paradise nous fait revivre son enfance, nous montre où il a grandi et nous dit ce dont il rêve encore. Entre les deux, il nous montre aussi les plus beaux et les moins beaux côtés de Knokke-Heist.

C'est ici que j'ai grandi.

"Je suis né et j'ai grandi à Knokke-Heist et j'ai connu une enfance insouciante. Le Zegemeer et la forêt où se trouve aujourd'hui Scharpoord étaient mes terrains de jeu et la place verte où l'on joue aujourd'hui à la pétanque était mon terrain de football. Adolescent, cette zone s'étendait sur tout le territoire, car j'étais un enfant du plein air et mon vélo était ma liberté. J'ai passé de nombreuses heures sur mon skateboard à Duinbergen, où la municipalité avait rendu les pistes sans circulation. Je suis allé à l'école au Royal Athenaeum où mon père était préfet d'études. Lorsque j'ai quitté le foyer parental, j'ai vécu successivement à Duinbergen, Westkapelle et Heist. J'ai déjà apprécié l'atmosphère de vacances que dégage notre commune et j'ai profité avec reconnaissance de toute l'offre, notamment dans le domaine du sport. Je suis passé par toutes les séries de jeunes du RKFC jusqu'à la réserve, j'ai nagé à la piscine, au Binnenhof et plus tard à la Réserve, j'ai joué au squash à la Laguna et plus tard au Campo Sportivo et j'ai aussi plongé dans la vie nocturne qui était alors encore très animée : Number one, MD's, Xenon, Dino's, Stradivarius, Wiener Weinstübe, 050, stax, king, El gringo, bananas, Gin..."

Mon endroit préféré dans l'arrondissement

"Sans aucun doute : la mer. Mais vous ne pouvez pas non plus faire le tour de la plage, bien sûr. Je pratique à peu près tous les sports nautiques auxquels on peut penser ou qui se sont ajoutés au fil des ans : la planche à voile, le surf, le kitesurf, le supping, le foiling sous toutes ses formes... La mer est différente chaque jour et en mer je me sens bien. Après chaque séance, je marche toujours sur la plage avec un large sourire et j'emporte cette ambiance avec moi pendant quelques jours ou une semaine. Aucun autre sport ne me fait ça. Même en hiver, la mer ne me lâche pas et nous prenons aussi régulièrement des bains de glace."

Mon endroit préféré pour courir, marcher ou faire du vélo

"Je me promène très régulièrement avec Natalie, ma femme, et parfois elle me supplie vraiment de marcher ailleurs que le long de la digue. Il y a tellement de choses à voir là-bas, et puis il y a la différence entre l'été et l'hiver. En hiver, cette solitude, les commerces fermés, les volets clos... et en été, cette effervescence. Tôt le matin, les baigneurs installent leurs plages, les terrasses s'animent. Nous sortons aussi beaucoup en VTT vers le Park van Heist, les polders, les singletracks vers le Zwin et Ostende, la route côtière vers Breskens ...juste puissant !"

C'est ici que je me détends.

"J'adore naviguer le long de la côte de Knokke-Heist avec le vent qui vient directement de la mer. Bien que je ne sois pas tranquille de nature et que je veuille toujours faire quelque chose. Où je me détends vraiment ? A la maison dans mon lit alors (rires)."

Le villageois que j'admire le plus

"Les personnes que j'admire le plus sont en fait ma famille, avec laquelle je maintiens sur les rails à la fois Surfers Paradise et Lakeside Paradise. Ma fille Joyce, qui a intégré l'entreprise dès son plus jeune âge et qui en connaît maintenant toutes les ficelles, notre gendre Quincy Lambert, qui était au berceau de Lakeside Paradise et qui en assure la gestion quotidienne avec ma femme Natalie. Donc je mets ma femme sur un piédestal spécial. On ne peut pas appeler la nôtre une vie normale. Être disponible 7/7 et 24/24 et faire des journées de 18 heures en tant que co-gestionnaire. Et tout cela sans sourciller, alors que nous avons aussi un foyer et deux enfants à élever. Elle parvient également à me maîtriser un peu, ce qui est parfois nécessaire. Et elle fait tout cela avec un sourire et une patience infinie. Je ne peux pas imaginer un meilleur compagnon de village".

Mon café et mon restaurant préféré

"Le petit-déjeuner que j'aime faire chez Lebeau, Blé D'or et le Pain Quotidien. Le déjeuner me convient parfaitement à Enso et au Cap Nord. Dîner chez mon grand ami Jean Van de Boudin Sauvage, chez mon ami triathlète Fré de la Brasa, et j'attends avec impatience l'ouverture du Bistro Mariette à Schapenbrugge. Si ça peut être un peu plus que ça, alors s'il vous plaît, Il Trionfo au Pungitores."

Mon magasin préféré

"O'Neill est mon sponsor de toujours, donc Chill Out sur l'avenue Lippens. Lorsque Natalie en a assez de me voir en tenue de surf, nous passons généralement par le magasin Frans Boone, authentique et au top du service. En dehors de notre commune, c'est à son tour Icarus Surfshop à Zeebrugge, bien sûr."

Mon meilleur moment ou souvenir

"Une question très difficile car, heureusement, ma vie jusqu'à présent a été une succession de grands moments. Cependant, un événement que je n'oublierai jamais est la prestation des Beach Boys le 21 juillet 1987 à l'endroit exact où se trouve Surfers Paradise aujourd'hui. Je l'appelle toujours la terre sacrée. J'étais également organisateur du festival de planche à voile qui l'accompagnait à l'époque, mais le jour du concert, il n'y avait pas de vent, il faisait super chaud et ensoleillé. Pour éviter la foule, je m'y suis rendu en zodiac avec quelques amis, planches de surf à l'appui, et nous avons ancré le bateau. Ce n'est qu'à ce moment-là que nous avons réalisé l'ampleur de cet événement : 15 000 personnes sur la plage, une scène incroyable, avec toutes mes voiles de planche à voile gréées servant de décoration en arrière-plan. Nous nous sommes glissés au tout premier rang, torses nus, et avons profité pleinement de l'éventail des grands succès qu'ils ont interprétés un par un. Knokke-Heist était vraiment la Californie à cette époque."

Avec cette personne, j'ai la meilleure connexion à Knokke-Heist.

"Mon signe astrologique est jumeau et il semble que cela vous pousse à rechercher la variété, ce qui est vrai dans mon cercle d'amis plutôt majoritairement sportif. J'ai des amis de padel, de volley-ball, de surf, de planche à voile et de cerf-volant, mais le lien que j'ai avec mes amis cyclistes reste unique. Et il y en a beaucoup, car je fais partie de plusieurs clubs cyclistes : De Jumpers, De Bumpers, De Buuzestampers, De Maddies, De Molletjes... et plus récemment les coronatrapeurs. Il est certain que le lien que l'on tisse pendant et après le cyclisme est très unique."

L'endroit le moins joli

"J'ai toujours eu très peur de l'expansion du port de Zeebrugge. Un port mondial très actif à côté d'une ville touristique de premier plan est très difficile à concilier. Si je dors la nuit ou si je me trouve sur la digue et que l'on entend les activités portuaires... effrayant non ? L'endroit le moins beau pour moi est ce que nous appelons "le mile noir" - le tronçon de digue à Heist près du port. Chaque fois que je m'y promène, j'ai encore de la peine pour les personnes qui y ont un appartement ou un commerce, même s'ils ne sont plus très nombreux aujourd'hui."

Cela pourrait être mieux dans ma municipalité

"De tous les diplômés de ma classe, je pense que nous sommes encore trois à avoir pu continuer à vivre ici. Si je n'avais pas eu mes parents, je ne vivrais pas non plus là où je suis maintenant... Comme Surfers Paradise existe depuis 35 ans, j'ai vu d'innombrables jeunes gens y grandir et, lorsqu'ils ont emménagé ensemble ou se sont mariés, je les ai vus partir les uns après les autres parce qu'ils ne trouvaient pas de logement convenable chez nous. C'est regrettable. En fait, tout montre que nous avons besoin de nouveaux jeunes dans notre municipalité, mais c'est un problème social que l'on ne peut pas résoudre en un deux-trois bien sûr."

Je rêve toujours de ça à Knokke-Heist.

"La réalisation d'une piscine à vagues dans notre municipalité serait la cerise sur le gâteau. Avec Surfers Paradise et Lakeside Paradise, nous sommes déjà sur la carte du monde. Un lac artificiel sur lequel tous les surfeurs pourraient surfer sur de vraies vagues donnerait sans aucun doute un élan supplémentaire à notre municipalité et attirerait les jeunes ici. Nous ferions honneur à notre nom de capitale du surf et les surfeurs de toute l'Europe et du monde entier pourraient venir à Knokke-Heist pour surfer."

C'est ma maison

"En 1950, mes parents ont eu le coup de génie d'acheter un terrain sur le lac Zegemeer, juste en face de l'hôtel La Réserve. J'ai grandi là, dans la villa Euclid, d'après le théorème d'Euclide, car mon père était professeur de mathématiques. Lorsque nous avons rénové la maison, nous avons gardé le nom et j'ai pu profiter davantage de l'environnement : au bord de l'eau, dans un endroit central proche de la mer, mais proche de tout. Nous avons un peu adapté la maison à notre style de vie et, avec Natalie, j'espère que nos enfants Faye et Ike pourront y passer une enfance aussi peu contaminée."

fr_FRFR